https://www.pinterest.fr/sophiebogard/ Le foie, une voie d'expression du "moi"

Le foie, une voie d'expression du "moi"


Nous continuons notre voyage au coeur de nos "viscères"(712), si précieux puisqu'ils abritent le "secret de mon nom"(712) ! Après l'enseignement de la vésicule biliaire, nous avançons vers le foie, celui là même qui risque de souffrir de nos excès en cette fin d'année !

Qu'a-t-il à nous dire, à nous enseigner de si précieux, "près des cieux" ??

Le Foie, mot issu du latin "ficus", signifiant" figue" et dont il a la forme, est l'organe le plus volumineux de notre corps. Il pèse environ 1.5 Kg chez l'adulte et abrite environ 300 Mds de cellules. A titre de comparaison, notre galaxie serait composée de 200 Mds d'étoiles... il ya plus de cellules dans notre foie que d'étoiles dans notre galaxie !!! Vertigineux !

Dans notre estomac, nous avons vu que l'identité se construisait pas à pas, parfois douloureusement et non sans questionnements ni doutes. Dans le foie, le "moi" s'efforce "vaillamment à passer outre ces limitations"(1). Sa plus grande crainte étant de tomber dans la folie avec ce L qui viendrait s'immiscer en son centre " f o L i e". Mais il n'y a qu'un seul "L" et non pas deux, ces "L" qui pourraient lui donner des ailes ! Dans la langue des oiseaux, nous pouvons aussi entendre "F-oie" c'est à dire "feu oie", évoquant l'énergie du feu (F) qui nous pousse à accomplir notre mission de vie avec comme risque la "folie". Dans "FOLIE", on entend que le Feu et L'Eau sont liés, reliés, l'imagination (eau) est reliée à l'intensité vitale (feu).

La peur fondamentale du "foie" c'est l'inquiétude nourrie pour les siens, c'est à dire tous ceux qui habitent la conscience de la personne ( famille, amis, collègues, parents, enfants...), il est comme "une mère qui cherche à les protéger et les nourrir"(1).

Cet organe de couleur brun/rouge situé à droite sous le diaphragme, est comme un soleil dans le monde des viscères. Il est "un coeur rayonnant et nourricier des organes mous"(1). Physiologiquement, il assure la sécurité alimentaire de notre organisme en contrôlant l'apport alimentaire et en assurant la stabilité du taux de glucose sanguin. C'est l'organe de l'abondance, lié à Jupiter, il reste totalement démuni face au manque et à l'austérité si contraire à sa nature. Il est l'organe de " l'extase"(941), de ces "noces alchimiques efficaces"(941) avec la Grande Mère dans une relation fusionnelle choisie. Sur le plan psychologique, il est ce beau lien au collectif.

Il veille à ce que nous "respections la Loi de Némésis, la déesse qui "surveille" notre capacité à réaliser notre nature spirituelle"(1), dont le nom dérivé du mot grec "némeïn" signifie "répartir équitablement, distribuer ce qui est dû".

En tant qu'organe le plus volumineux du corps, comme Jupiter qui est la planète la plus volumineuse de notre système solaire, il a besoin d'espace pour prendre toute sa place, il est l'organe de l'expansion et il porte en son sein des "qualités féminines"(999) signifiant ce besoin toujours plus pressant de "dynamiser"(999) , de "mettre en action"(999) les choses et les êtres.

"Le foie"(115) est l'organe de "la joie"(115), En souffrance, il est dans le ressenti du décalage entre ce qui est et ce qui pourrait être et amasse des colères aveugles.

Un jeu de mot entre "le foie"(115) et "la foi"(106) permet de constater combien il est urgent d'avoir "foi en soi-même" (389), c'est à dire qu'il est urgent de nourrir en conscience cette "grâce"(106) afin de "tracer"(389) son "chemin"(115), et ainsi, comme le préconise Spinoza, d'orienter nos désirs sur ce qui est bon pour soi afin d'accéder à la joie, celle qui permet l'expansion de notre être pour ainsi rencontrer la béatitude, cet état de satisfaction et de bonheur tant convoité.

"Le foie"(115), ce "coeur rayonnant"(1), est alors, quand "la joie"(115) l'habite pleinement, le "chemin"(115) qui mène à la "grâce"(106)... à "moi-même"(199 = joie + le foie), qui s'illumine par "la foi"(106) ," ce feu (F) qui donne de l'énergie puis une direction à l'eau (O) afin de trouver et affirmer sa verticalité (I)"(2).

Il s'agit d'une force d'engagement afin de conquérir de nouveaux territoires à partir de ce que je suis vraiment, sans faux semblants et débarrassé de ces rôles qui me collent et que le cholestérol en excès vient me demander de lâcher.

"Quand je suis en joie, je suis en lien avec moi-même".(3)

(1) Luc Bigé - Les Viscères

(2) Luc Bigé - Petit dictionnaire en langue des oiseaux -Ed de Janus- p 228

(3) Antonella Verdiani - Conférence Sarlat 2016

Copyright novembre 2017


110 vues