https://www.pinterest.fr/sophiebogard/ Tirer le “fil de Soi “...

Tirer le "fil de Soi "...

December 24, 2017

Prendre le chemin qui mène du "Je" au "Soi" n'est pas sans dangers ni contraintes, c'est un parcours initiatique, un retour à la maison qui exige un certain travail en toute responsabilité.

Les peurs, les croyances, le bien fondé, l'éducation, les dogmes ... sont autant d'obstacles, en plus de nous-mêmes, à surmonter, à épouser pour avancer. Il faut oser y mettre le doigt et le coeur pour servir notre âme qui nous insuffle ce désir bien trop longtemps refoulé. Il s'agit de redonner tout son sens à notre existence qui désire prendre sa revanche pour ainsi se déployer totalement.

 

A un moment donné, prendre cette décision paraît absolument nécessaire pour sortir de la prison, se libérer et déployer son potentiel (pot en ciel). 

Mais comment s'y prendre ?

Comment aller vers ce "Soi" qui nous attend et qui nous guette ?  Comment avancer vers ce "Va vers Toi" qui nous pousse à mettre au monde le disciple en nous ? Que faut-il ? Quelle recette ? Quelle conquête est à entreprendre ? Tout parait si vaste, si compliqué, si dérangeant, si perturbant et pourtant "on sait" que cela est vital, car il s'agit du fruit que l'on porte en soi, celui-là même que nous avons à offrir au monde !

 

           Il faut alors oser tirer "le fil de soi"...qui, comme le fil d'Ariane va nous aider à sortir du labyrinthe de nos enfermements, de nos maladies d'âme, pour effectuer ce retournement en nous-mêmes. Oser tirer le fil de soi, c'est laisser faire "l'âme agit" (la magie) en  toute confiance, à l'écoute de ce "Sois sans crainte" et de ses propositions 

 

Et pour cela, il faut que  "Je" s'efface, se retire et se vide de ses trop pleins, de ses certitudes et de sa toute puissance. Car "Je" né rien, n'ai rien, n'est rien..... ! C'est parce que "Je" ne veut plus devenir, car "devenir est le contraire d'Etre"(2), qu'il peut Etre.

Il lui faut vivre ce rien pour accéder au tout. Toucher cette "rien-nité", la reconnaître, la vivre. Vivre ce rien, ce néant pour avancer vers Soi, car tout s'effondre, tout ce qui n'est pas juste, tout ce qui ne correspond plus se retire et déstabilise nos structures si fortement établies. C'est la perte avant la plénitude, c'est le rien avant le tout, avant la complétude.

 

Dans nos sociétés, le rien fait peur ! Il nous rebute et nous détourne, il nous fait fuir.... mais le rien est le semi nécessaire à notre croissance ! On n'accepte pas de n'être rien ! "On veut être. Il faut apprendre l'inverse : à ne pas être. Tout art sacré est anonyme"(1).

N'être rien, naître à rien et n'avoir rien pour justement accéder à l'essentiel, d'essence- ciel ! Ce n'est qu'à partir de là que  le "Soi Né ". Que s'établit le "Sois né" à toi même, à ton nom, non pas à la place de ce "Je" plein de fierté, de cette face que tu donnes au monde et qui te dévore, mais "avec", en tenant de nouveau pleinement les reines de toi-même !

C'est la nécessité d'enfanter de soi-même pour enfin  habiter son nom.

 

Alors le Soi est reconnu et existe pleinement, entièrement, complètement car libéré des scories du "Je", de ce "jeu" de la personnalité, de l'Ego qui, comme Job, est mis à dure épreuve pour mourir et renaître à autre chose. C'est un travail de mort qui mène à la résurrection, ce principal attribut qu'il nous est donné de réaliser ici et maintenant, ressusciter à soi-même, comme le Christ a su ressusciter; lui qui nous a montré la voie, laissant dans son sillage une empreinte à découvrir et à suivre. C'est le mariage sacré du "Je" et du "Soi", du féminin et du masculin qui s'allient enfin (féminin(169) + masculin(533) = 702 c'est à dire "écrire un nom") pour faire rayonner notre noblesse et ainsi  réaliser les noces alchimiques de notre Etre.

 

             Alors un jour, je me décide et je me lance, je tire le "fil de soi", et plus je tire et plus j'ai mal, car telle la bobine qui se vide, tout se désagrège autour de moi. Je m'accroche, je retiens, je résiste et plus je résiste et plus c'est dur et confrontant ! Je ne veux pas de ce qui se dessine, je ne veux pas voir mes responsabilités, quitter ce statut de "victime" des autres, ce costume qui me va si bien... Mais je tire quand même le fil, car plus possible de revenir en arrière, trop de choses se sont dévoilées devant mes yeux, il me faut avancer coûte que coûte ... Il me faut tirer le fil pour voir où il me mène, où il m'entraîne, alors que tout glisse entre mes doigts comme le sable dans ma main ouverte. Le chaos est là tout autour et "je reste là, assise dans ce désastre"(3) qui me conduit je ne sais où ; quelque part dans le vide de moi-même, car je me vide et me dévide, je le sens, je le vois et je sens bien qu'il me faut toucher ce rien pour arriver au tout... Itinéraire obligé !

Alors que la pelote se dénoue, que le fil que je tire me fait avancer dans les méandres de mon être, que les voiles se lèvent, le coeur de la pelote se laisse approcher tout doucement. Au bout de ce fil, il y a ce Soi, ce coeur rayonnant qui étouffe,  alors je cède malgré ma peur, je lâche prise et  tire un peu plus fort pour le délivrer totalement. C'est alors que, comme le siphon de la baignoire qui se vide, je me sens aspiré, tout s'accélère et se déchaîne, je perd pied ... alors, vidé, je me décide à abandonner ce petit moi pour enfin accéder à mon Soi, à ma naissance.

Au bout du fil que je tire, il est là... mon Soi que je retrouve et qui m'inonde de sa vraie lumière, de cette lumière de vérité qui m'attendait . C'est mon Dieu intérieur que je retrouve, celui qui m'insuffle le désir de savoir (voir sa) la sagesse.

 

Parce que JE n'est/ai plus rien, il EST

Et ....comme il EST alors Je SUIS...en d'autres termes, j'ai retrouvé mon lien de parenté.

"JE" peut l'épouser afin de réaliser cette unité, ce un que je connais enfin grâce à la dualité que j'ai su expérimenter .

 

               Alors,  Je suis plein de cette plénitude, de cette complétude et je suis optimiste car je suis arrivé à destination, puisque je suis nu, je suis un! Je suis un être total, cet androgyne détenteur  de ce feu ardent qui peut désormais rayonner... pour offrir au monde sa spécificité .... d'Etre.

Mon identité est dévoilée, je porte mon nom et je me nomme, car désormais..... à moi la liberté !

Bon vent ....

 

                            "N'appartiens à personne qu'à toi-même et collabore avec les autres".(1)

 

 

(1) A.Jodorowsky - Le Dieu intérieur

(2) C.Castanier - Chiron en maisons - Editions Decoopman

(3) C.Singer - Du bon usage des crises

 

 

Copyright 2017

Please reload

Posts à l'affiche

Au delà des appats-rances....

November 13, 2019

1/7
Please reload

Posts Récents